Rechercher

La clinique


Il est plus juste de se rendre compte que l’esprit est bien plus rapide et plus précis dans l’intelligibilité du réel au sein du monde quotidien que ne peut rapporter la seule expérience des sensations. Se fier à l’esprit personnel, c’est donner à la conscience le rôle d’acteur véritable de la vie individuelle. Au moment de l’utilisation volontaire des facultés cognitives, le sujet s’éloigne des perceptions issues de l’expérience corporelle, sous-tendues à son attention mentale, pour focaliser sur la conception intelligible d’une réalité, dans le but de faire de la conscience un acteur majeur dans la construction de pensées innovantes. C’est ici et à ce moment précis que l’esprit préside à la connexion de l’inconscient du sujet, par l’intermédiaire de l’intuition, pour permettre de délivrer les données à l’origine d’informations constituantes d’une nouvelle cohérence intelligible du réel.

Les blocages psychologiques s’évanouissent pour laisser la place à la gouvernance intrinsèque de la conscience, dans un objectif assumé de communication au monde. L’humanologue peut induire ce processus parce qu’il reconnait le comportement de micro-mouvement corporel au travers de sa structure régulatrice, la micro-mobilité crânienne, et que son action agit directement sur les propriétés organiques de l’architecture squelettique du crâne impliquant l’entité fonctionnelle cérébrale.