Rechercher
Imprimer Imprimer

Une présentation

Avant tout, l’humanologie est une méta-science, et par là, nous ne voulons pas dire qu’elle exclue la science, mais qu’elle l’intègre comme élément d’un processus de connaissance qui restaure une vie sans contraintes, parce que fondamentalement libre.
Une socio-physique et son fonctionnement dans l’humain permet la transformation des comportements de perception consciente pour une meilleure intelligibilité de la réalité. Faciliter le développement psychique par les expériences du corps et utiliser l’outil d’une intuition mécanique permet l’acquisition des connaissances grâce à la fonction de mobilité crânienne induite par les processus mentaux. Cela montre tout l’intérêt de l’existence humaine comme développeur d’omniscience.

L’humanologie est le territoire d’une médecine fonctionnelle. Dans le sens ou chacun à des facultés d’humanologue mais où l’absence de l’exercice de celles-ci, pour des visées de connaissance de soi et de son environnement, amène à consulter en médecine fonctionnelle. Le bien-fondé d’une humanologie se dévoile dans la reconnaissance d’un fonctionnement humain individuel, qui fait rejoindre la mécanique d’un inconscient humain avec la création d’un comportement en conscience par le biais d’un subconscient. Pour que la vie de l’esprit existe, il doit être l’objet d’un métabolisme dont un fonctionnement humain en est le résultat. Par ce processus, un esprit s’enrichit des informations de conscience grâce à la nature d’un processus vital qui lui transmet une énergie. Toutes les structures et les fonctions nécessaires à la vie de l’esprit se voient ainsi dotées d’un mécanisme d’évolution.

Dans les problèmes de santé, un remède sera d’autant plus efficace, s’il est réalisé au sein de la personne elle-même par les facultés propres d’une biologie. Ce blog incite à une réflexion sur les mécanismes de réalité et leurs implications dans le dévoilement du pouvoir d’une identité, à devenir pleinement consciente d’elle-même, et ce par le degré de complexité qu’une conscience à base d’informations peut atteindre. C’est par le remplacement des idées préconçues par de nouvelles idées, qu’une personne progresse dans le développement d’une intelligence de perception. Ainsi, elle dévoile sa propre conscience en révélant le caractère universel de sa propre identité. L’ensemble de la constitution fonctionnelle d’un être humain, sous le mode d’un processus évolutionnaire, se conjugue consciemment à la révélation d’une réalité universelle sous la forme d’une mémoire de lui-même.

Cette réalité n’est sous-tendue que par l’expression d’une dynamique vitale, par le fait d’un esprit de conquête à manifester un flux de mémoire issu d’une source inépuisable de données de conscience. Ce qui se révèle d’un fonctionnement humain est de nature universelle. Cette dernière délivre par l’esprit une conception d’un monde où la découverte d’une source à notre identité d’humain nous procure une plus grande sécurité à notre existence. Celle-ci ne peut se révéler que dans la perception d’une réalité vivante. La connaissance par la prospection consciente d’un soi permet de réaliser une souveraineté universelle de l’esprit pour tout être vivant. La thèse défendue en humanologie clinique procure à chacun de nous une plus grande ressource auquel chacun peut avoir accès. Le développement psychique s’applique à la reconnaissance d’une nature libre de toutes contraintes et qui affirme son identité comme principe d’organisation vitale, réussissant le tour de force de réunir deux propriétés contraires : une stabilité spatiale et une dynamique temporelle.

Tout revient donc, pour chacun, à réaliser sa propre identité à partir de la vie naturelle de l’esprit. Ceci amène chacun de nous à se défaire de ce qui entrave la découverte d’une réalité d’existence, et ce, par toutes les formes d’intelligence qu’il jugera nécessaire, pour faire conscience de ce qu’il pense être. N’est-ce pas là le meilleur argument d’une propension naturelle à l’auto-guérison ?

Imprimer Imprimer